agence de traduction

Traductions dans l'histoire.

L’irrésistible impulsion de connaître l’original.

Agence de traduction professionnelle

 

agence traduction internet à Paris, Milan et Nice

Conformément au Règlement européen 2016/679 sur la protection des données à caractère personnel (RGPD), les informations collectées en remplissant ce formulaire ou en nous contactant par email ne sont utilisées que par notre société et ne seront en aucun cas transmises à une tierce partie. Vous pouvez à tout moment nous contacter par email ou par téléphone pour accéder, rectifier ou vous opposer aux données vous concernant.

Le rôle des traductions dans l'histoire

Au nom de la diversité des langues et des cultures

Déterminer le moment où les traductions sont apparues est presque impossible: la communication est en effet un besoin primaire de l’homme depuis le début de ses origines les plus anciennes, qu’il s’agisse de dessins rupestres sur les parois des grottes ou qu’il s’agisse de formes plus évoluées basées sur le dialogue. Ces formes d’expression ne se sont pas toujours développées de façon uniforme au cours des millénaires grâce aux influences linguistiques communes, comme par exemple le latin ou le grec, pour arriver à la réalité actuelle où de nombreuses langues différentes composent notre société.

S’il est cependant difficile de déterminer une origine pour le “simple” transport d’un contenu logique d’une forme d’expression à une autre, on peut délimiter un début pour ce qui concerne les traductions d’écritures et de livres. En effet, selon différentes sources reconnues, le mouvement traducteur “naquit” au cours de la Renaissance, en France, où l’on retrouva les traces d’un premier travail important de localisation afin de ramener des œuvres réalisées en d’autres langages, en particulier en anglais, au sein de la nation. S’il fallait cependant rechercher un vrai début, alors il faudrait remonter jusqu’au temps de Cicéron. Si l’on cherche cependant une vraie origine de la traduction “organisée”, entendue comme activité ordinaire pour permettre une plus grande divulgation des écrits, alors on doit remonter à la période de la Renaissance.

Si les débuts apparaissent environ à cette période, le développement et la croissance sont par contre attribués au début du vingtième siècle, quand l’impact entre les différents peuples commença à devenir toujours plus important.

Bien avant, Ugo Foscolo commenta ainsi sa tentative de traduire en italien l’œuvre d’Homère:

Les meilleures traductions sont celles qui suscitent les mêmes passions de l’âme, et les mêmes images de la fantaisie avec le même effet que l’original. - Ugo Foscolo

Ce que Foscolo exprime si clairement, c’est qu’une traduction, pour être excellente, ne doit pas être “uniquement” grammaticalement correcte, mais doit également exprimer ce qui se trouve au cœur du texte original, avec toutes les passions, sentiments, réflexions et images qu’elle est capable de transmettre. Le doute qui le tenaillait à chaque étape effectuée sur les écrits d’Homère était comment atteindre cette perfection, car il était clair qu’il n’y avait pas de formule universelle.

Le point de vue de Foscolo ne resta pas isolé, même si d’autres personnages célèbres de la littérature firent d’autres commentaires. Johann Wolfgang Goethe écrivit cette phrase à la même époque:

Les traducteurs sont semblables à des médiateurs zélés qui exaltent les atouts d’une belle femme à moitié voilée: ils font naître l’irrésistible impulsion de connaître l’original. - Johann Wolfgang Goethe

Cette phrase, apparemment un jugement sur les traducteurs, détient un jugement sur la traduction elle-même comme résultat d’un passage qui ne peut remplacer l’oeuvre originale, mais qui au contraire incite un lecteur attentif à découvrir les qualités de cette dernière. La médiation du traducteur est donc une exaltation des contenus, lesquels sont ensuite découverts en un deuxième temps.

Même si au cours de ces années il n’y eut pas une pensée unique, on peut cependant délimiter deux courants qui ont divisé les narrateurs au fil des ans: “mot à mot”, pour une traduction littérale, et “libre”, pour une traduction libre. La première théorie place au centre de son être l’invisibilité: le vrai protagoniste est uniquement le texte original, et donc le traducteur ne doit en aucune manière rien introduire dans le passage linguistique, mais doit se limiter (presque mécaniquement) à sa tâche. Au contraire, le deuxième mouvement met l’accent sur le contenu, plutôt que sur le contenant. L’important est en effet de transmettre le message de l’œuvre et non ses mots.
La période entre le dix-huitième et le dix-neuvième siècle fut caractérisée par une confrontation continue, avec des défenseurs reconnus des deux côtés. Plus récemment (en 1990), Amparo Hurtado Albir définit ainsi le mouvement “mot à mot” dans son livre “La notion de fidélité en traduction”:

Traduction qui est centrée sur la langue du texte, et non sur le sens, et qui traduit donc, mot à mot ou phrase par phrase la signification, la motivation, la morphologie et/ou la syntaxe du texte original. - Amparo Hurtado Albir

Ce même auteur attribue cette définition à “libre” :

Traduction qui ne transmet pas le sens du texte original parce que le traducteur interprète librement le vouloir dire de l’auteur ou se permet des libertés injustifiées dans la reformulation. - Amparo Hurtado Albir

Le souffle du vingtième siècle, avec ses guerres et son contexte diamétralement opposé à celui des grands narrateurs de la Renaissance, porta également avec lui d’autres changements, mais surtout une reconnaissance supplémentaire de cette matière en devenir. Dans le deuxième après-guerre, naquit ainsi la vision d’une véritable “science linguistique”, mise en avant surtout par les auteurs comme Valery Larbaud, Roman Jakobson, John Catford et surtout Georges Mounin, dont les écrits sont encore aujourd’hui une référence pour ceux qui souhaitent approcher ce monde.
Les théories ont évolué au fil du temps jusqu’à arriver à aujourd’hui, où nous disposons non seulement de vastes discernements sur cette matière, mais où ont été définies les véritables normes qualitatives, telles que par exemple la norme EN ISO 17100 de juillet 2015.

 

Publié par Elisabetta Bertinotti - Directeur de projet - Agence Traduction-IN

 

Laissez votre commentaire

SUIVEZ-NOUS !
Agence Traduction-IN FaceBook Linkedin RSS YouTube Google+ - Agence Traduction-IN
Agence de traduction professionnelle

La société Lipsie Sas est l’auteur des contenus, marques et logos du présent site Internet et jouit, d'après les articles L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle, d'un droit de propriété exclusif dès sa création. Toute reproduction totale ou partielle des contenus, marques ou logos du présent site Internet est formellement inderdite conformément aux articles L.713-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Nous contacter
Adresse : 20 bis, rue Louis Philippe - 92200 Neuilly-sur-Seine
Téléphone : +33 (0)1 73 79 06 27 - Fax : +33(0)1 46 37 87 88
Horaires d’ouverture :  Du Lundi au Vendredi : 9h-13h/14-17h (9h-20h par téléphone).
Email : info@traduction-in.com

Traduction-IN est un site de l'agence de traduction Lipsie.
N° TVA UE : FR 06 454 059 908
Cap. Soc. € 7.500

Copyright © 2002-2018 Traduction-IN - Tous droits réservés.